Menu

Point de vue d’expert sur les avantages de la holding

vue de haut de plusieurs personnes avec papier et crayon réunies autour d'une table

Utilisée dans la gestion internationale des groupes de sociétés, la holding peut aussi servir les intérêts de certains patrimoines plus modestes. Point de vue d’Olivier Dupont, responsable d’O2 Patrimoine, la filiale Gestion du patrimoine du cabinet 3G Gadras.

 

Olivier-DUPONT - copie« Dans le cadre de la gestion d’un groupe de sociétés, la holding recèle des intérêts bien connus des dirigeants notamment : cession des filiales faiblement taxées (4%), contrôle d’une cible grâce au contrôle de sa holding, régime de l’intégration fiscale, des sociétés mère-fille…

La holding : des avantages aussi pour les entreprises locales

Sous l’angle du patrimoine de nos clients-types, la holding présente aussi des avantages si l’on en accepte les inconvénients.

A bon escient elle devient, dans l’ordre croissant d’occurrence constatée auprès de nos clients :

•    une zone rémunérée différemment de celle de la société d’exploitation pour le dirigeant et son équipe de direction,

•    un moyen de capter à titre personnel et immédiatement une richesse constituée dans une société d’exploitation (OBO, vente à soi-même) et cela sous le bénéfice d’abattement allant encore jusqu’à 85% de l’assiette taxable (cession après 8 ans, abattement renforcé). Le dirigeant pourra ensuite déployer des stratégies de développement de son patrimoine privé,

•    un outil puissant de capitalisation en permettant d’éviter les frottements de la fiscalité personnelle. La trésorerie d’une filiale permettra de financer des opérations de ses sœurs dans d’excellentes conditions (Convention de trésorerie, Régime Mère-Fille). On évite ainsi l’impôt personnel sur des capitaux destinés à être réinvestis dans des opérations immobilières ou financières. Bien entendu, chaque filiale (SARL, SCI…) pourra faire usage de l’effet de levier du crédit garanti par les apports de trésorerie de ses sœurs.

Ses avantages se retrouvent également en matière d’organisation de la transmission du patrimoine :

•    donation/succession bénéficiant d’abattement d’assiette de 75 % dans certaines conditions,

•    différenciation de l’Avoir et du Pouvoir entre les héritiers,

•    dans le cadre d’une donation-partage avec soulte, les bénéficiaires (donataires, héritiers) financeront par leur holding (ou sur-holding) la soulte (affectée au passif de la holding) éventuellement due à la fratrie en bénéficiant de la déduction fiscale des intérêts.

Les inconvénients de la holding à ne pas négliger

Au rang des inconvénients, n’oublions pas que la structuration en holding :

•    complexifie l’organigramme,

•    favorise la capitalisation des richesses au détriment de leur consommation immédiate,

•    ne signifie pas forcément exonération ISF des biens à son actif,

•    impose pour tirer la quintessence de ses bienfaits le respect de nombreuses conditions fiscales non détaillées présentement.

Pour mémoire soulignons enfin le coût de création et de fonctionnement de la holding comme toute société.

La holding en gestion privée, c’est un terrain fertile pour le développement d’un patrimoine. La problématique de l’extraction des richesses accumulées demeure mais permet d’espérer une fenêtre de sortie sous de meilleurs auspices. »